in

Un nouveau rapport affirme que 41% des insectes se dirigent vers l’extinction

CC0 - Pixabay.

Selon un nouveau rapport de la Wildlife Trusts, 41% des insectes du monde entier font face à l’extinction, menaçant un effondrement catastrophique des écosystèmes naturels, avec des “conséquences profondes” pour l’homme.

Le rapport a révélé que plus de 41% des 1 million d’espèces d’insectes connues dans le monde sont en voie de disparition. Le taux d’extinction est huit fois plus rapide que celui des mammifères, des oiseaux et des reptiles. La masse totale d’insectes diminue de 2,5% par an, selon les premières données disponibles.


Le professeur Dave Goulson, auteur du rapport intitulé « Insect declines and why they matter » pour, Le déclin des insectes et pourquoi sont-ils importants, a déclaré:

«Les insectes constituent l’essentiel des espèces connues sur Terre et font partie intégrante du fonctionnement des écosystèmes terrestres et d’eau douce et jouent des rôles essentiels tels que la pollinisation, la dispersion des graines et le cycle des éléments nutritifs. Ils servent également de nourriture à de nombreux animaux plus grands, notamment les oiseaux, les chauves-souris, les poissons, les amphibiens et les lézards. Si nous permettons aux insectes de continuer à décliner, cela aura des conséquences profondes sur toute la vie sur Terre, y compris nous-mêmes.

Ce ne sont pas seulement nos abeilles sauvages et autres pollinisateurs qui sont en déclin – ces tendances se répercutent sur un grand nombre d’espèces dont les populations sont surveillées.

Ce que nous savons cependant, c’est que les principales causes de déclin incluent la perte et la fragmentation de l’habitat, ainsi que la sur-utilisation de pesticides. Les insectes sauvages sont régulièrement exposés à des toxines mélangées complexes, ce qui peut entraîner la mort ou des effets sublétaux tels que la désorientation et l’affaiblissement des systèmes immunitaire et digestif.»


Le professeur Goulson a ainsi décrit la situation catastrophique, en particulier au Royaume-Uni, où depuis 1850, 23 espèces de guêpes et de fleurs ont disparu. Cela a clairement des conséquences sur notre alimentation, étant donné que les trois quarts de toutes les cultures cultivées par l’homme nécessitent une pollinisation par des insectes.

Le rapport a été commandé par une alliance de sociétés de gestion de la faune dans le sud-ouest de l’Angleterre. Bien que son objectif principal soit le Royaume-Uni, l’analyse dans les tableaux porte sur le monde entier. En outre, l’extinction des insectes serait encore pire que ce que l’on craignait auparavant.


Le message positif de ce rapport est que nous savons pourquoi nos pollinisateurs et d’autres insectes meurent et qu’une action concertée des gouvernements, des autorités locales et des producteurs de produits alimentaires peut inverser cette catastrophe.

Cela est en grande partie lié à l’agriculture intensive, mais le rapport souligne également la capacité de destruction de l’utilisation domestique, où «de nombreux insecticides, fongicides et herbicides sont disponibles gratuitement dans les centres de jardinage, les magasins de bricolage et même les supermarchés.»

Avant de finir, petit geste utile; Cultivez des plantes qui attirent les pollinisateurs comme les abeilles et les papillons. Des plantes comme la lavande, les Népétas et le Buddleia de David.

Liste complète des plantes disponible sur le site de l’université du Sussex, ici.

Tu kiffes?

4 points
Upvote -Vote

Test : Quel est ton % de méchanceté?

Les noms mystérieux sur la Tour Eiffel